Retour au blogue

Date de publication : 06 septembre 2018

Le bilinguisme est-il nécessaire pour travailler au Québec?

travailler_au_Québec« Bonjour, Hi! » Par les temps qui courent, il n’est pas rare d’entendre cette formulation dans bon nombre de lieux publics, et, du même coup, au cœur de nos milieux de travail. En effet, le français et l’anglais sont les deux langues les plus fortement utilisées dans la province. En bon employé, soucieux de se réaliser dans son travail et de s’adapter à la réalité du marché, vous vous interrogez: le bilinguisme est-il maintenant un incontournable pour travailler et vous épanouir au sein du marché québécois? Voici un petit tour d’horizon pour vous aider à y voir plus clair.

Travailler au Québec: le français obligatoire

Celle-là ne devrait surprendre personne: au Québec, un employeur a l’obligation de communiquer avec son personnel en français. C’est la loi. La langue de Molière est d’ailleurs la seule qui soit véritablement nécessaire pour travailler au Québec . Mais bien que le français soit plus fréquemment utilisé au travail, on note une tendance au bilinguisme sur le marché en raison de la mondialisation et de la réalité propre à certains secteurs d’activité. Plusieurs se demandent donc, avec raison, si le bilinguisme est nécessaire ou s'il peut devenir un atout lors de la recherche d’un nouvel emploi.

L’anglais pour rechercher de nouvelles opportunités

Au moment de l'embauche d’un futur employé, les employeurs ne peuvent pas exiger que celui-ci possède un niveau de connaissance spécifique d’une autre langue, sauf si, bien entendu, le mandat pour lequel il postule le nécessite. Ceci étant dit, si vous possédez une bonne connaissance de l'anglais, vous vous ouvrez certainement plus de portes. Selon les données tirées du recensement de 2016 effectué par Statistique Canada, de plus en plus de Québécois parlent les deux langues en proportions égales au travail. Bien des employeurs inscrivent « bilingue » dans les exigences de leurs offres d'emploi, alors qu'ils n'ont pas réellement besoin que leurs employés parlent anglais sur une base régulière. Selon le poste, vous n’aurez pas forcément besoin d’être bilingue, mais plutôt de savoir vous débrouiller à l'oral et à l’écrit, lorsque nécessaire. Une fluidité sans faille et un accent impeccable ne sont pas requis pour la majorité des emplois que vous pourriez occuper au Québec. Ainsi, connaître les bases de la langue anglaise devient plutôt une compétence qui vous permettra de vous démarquer des autres candidats.

Des milieux plus propices au bilinguisme

Selon l’emploi que vous occupez ou la ville dans laquelle vous travaillez, le niveau de bilinguisme peut varier. Par exemple, le taux de bilinguisme à Montréal s’élève à plus de 50%. En région, ce taux est généralement moins élevé. Le secteur d'activité peut également influencer la nécessité ou non de parler plus d’une langue. Les domaines de la vente, de l'achat et du service à la clientèle, du soutien administratif, du tourisme ou encore de la fonction publique sont plus propices à exiger que leurs employés soient bilingues. Si vous aspirez à vous tailler une place dans l’un ou l’autre de ces domaines, peaufiner votre anglais ne vous nuirait sans doute pas!

En d’autres termes, si le bilinguisme n’est pas essentiel pour travailler au Québec et vous permettre de vivre une carrière enrichissante, il peut sans contredit s’avérer un atout de choix si vous souhaitez élargir vos horizons et vous lancer à la conquête d’un nouvel emploi. Perfectionner votre anglais pourrait-il vraiment vous donner un petit coup de pouce et vous permettre d’atteindre vos objectifs de carrière? Prenez le temps d’y réfléchir: la décision repose entre vos mains!

Vous ignorez la valeur de vos compétences et de votre talent sur le marché du travail? Consultez notre boîte à outils afin d'évaluer où vous vous situez par rapport au portrait du marché actuel.Boite à outils pour évaluer votre emploi actuel